infographie référencement idées reçues

1. Positionnement ≠ référencement

Se voir dans les premières positions de Google est valorisant mais ne veut plus dire que c’est le cas partout: le moteur de recherche personnalise ses pages de résultats en fonction de plusieurs critères parmi lesquels :

• La connexion à un compte Google
• L’historique de recherche
• L’historique de clics
• La géolocalisation
• L’âge et le sexe (s’ils sont renseignés dans le profil de compte
• …
A l’inverse, on peut se voir en seconde page et apparaître en première page chez d’autres internautes. On peut aussi surveiller des mots-clés stratégiques (agence immobilière) mais qui génèrent un trafic de moindre qualité que des mots-clés moins valorisant (achat maison).
Le bon référencement naturel d’un site se juge par la combinaison de plusieurs facteurs : positionnement, volumes et évolution des visites, des visiteurs et de leur engagement : durée des visites, pages visitées, conversions effectuées…

2. Faire des campagnes Adwords améliore le référencement

Il faut l’affirmer une fois pour toute : mener des campagnes d’achat de clics via Google Adwords n’a pas d’incidence directe sur le référencement naturel d’un site. On peut compter sur un effet de bord : les campagnes génèrent un trafic de qualité qui envoie des signaux positifs à Google et le référencement du site en bénéficie. Mais le phénomène est tellement diffus qu’il vaut mieux ne pas compter dessus pour son référencement naturel. Mieux vaut se concentrer sur la qualité de ses contenus.

3. Plus de liens c’est mieux que plus de contenu

Pendant longtemps, le travail de référencement pouvait se résumer à un exercice : générer des liens entrants. Par dizaines. Par centaines. Que dis-je, par milliers ! Mais Google a posé un sérieux frein à cette pratique avec son filtre Penguin qui pénalise sévèrement le référencement des sites qui sont la cible de liens factices (issus d’annuaires, de plateformes de communiqués de presse ou de blogs créés dans cet objectif unique).
Aujourd’hui, il vaut mieux passer du temps à acquérir 5 liens issus de sites réputés qui font autorité et qui possèdent leur propre audience plutôt qu’inscrire son site sur tous les annuaires possibles, publier des communiqués de presse qui ne seront jamais lus ou commenter des blogs sans intérêt ni identité. Mieux vaut se concentrer sur la qualité de ses contenus : ils sont susceptibles de vous rapporter des liens de qualité.

4. Les médias sociaux sont bénéfiques au référencement

Il a souvent été dit que les réseaux sociaux avaient un impact direct sur le référencement naturel. On sait aujourd’hui qu’ils ne se suffisent pas à eux même et qu’il faut les travailler comme des canaux complémentaires d’acquisition de trafic pour son site. Les réseaux sociaux permettront de cibler une audience différente. Ils sont également bénéfiques au développement de l’image de marque et de sa visibilité.
Ils sont indispensables aujourd’hui mais également délicats à manipuler et le travail de Community management demande du temps et quelques connaissances de base.

5. Il faut des mots-clés dans mon nom de domaine

Encore une pratique qui a dû évoluer avec les mises à jour de Google : un nom de domaine correspondant à une requête concurrentielle pouvait suffire à positionner son site de façon durable en première page du moteur de recherche (certains le sont même encore), c’était même devenu un business pour quelques personnes qui achetaient des noms de domaine prometteurs pour les revendre à prix d’or au plus intéressé (ou au plus riche). 
Aujourd’hui, il vaut mieux privilégier le travail sur sa marque et sa notoriété qui, à terme, sont beaucoup plus porteurs et stables.

 

Un site Responsive Design améliore le référencement

L’alarme avait sonné un peu partout au début de l’année dernière : Google allait pénaliser les sites non compatibles mobiles.
Il est bel et bien nécessaire de rendre son site accessible aux mobiles. Avoir un site « mobile friendly » est en fait un critère parmi d’autres qui permet à une page, à technique et contenus égaux, de passer devant. Cette compatibilité tant louée est néanmoins plus bénéfique à l’expérience utilisateur et à son parcours sur le site qu’au positionnement et il est difficilement envisageable, en 2016, de ne pas rendre son site accessible à tous les utilisateurs, quel que soit l’appareil utilisé : smartphone, tablette, ordinateur…

Développez la notoriété de vos agences et de vos biens immobiliers grâce aux formules de référencement proposées par Adapt immo !